On n’apprend PAS de ses erreurs ?!


En vérité, c’est le cerveau qui n’apprend pas de nos erreurs; il apprend beaucoup mieux de nos succès. C’est ce que semble avoir démontré une étude américaine faite sur des singes (juillet 2009) – Source: Le monde de l’intelligence

En effet, selon cette étude, le cerveau apprend beaucoup mieux lorsqu’on réussi à faire quelque chose. Le succès a une influence bien plus forte sur le cerveau que l’échec. 

L’expérience

Les chercheurs ont observé le cerveau des singes en train d’apprendre une nouvelle tâche, par essais successifs. Chaque bonne réponse augmente la réaction neurologique dans le cortex préfrontal et les ganglions de base, impliqué dans l’apprentissage, et améliore la performance lors de l’essai suivant. En revanche, la moindre erreur et tout est à refaire, même après une série de bonnes réponses: la performance des essais suivants tient du hasard, comme si le singe n’avait absolument rien appris.
Ainsi, contrairement à l’image populaire, on n’apprend pas de ses erreurs ! :p Bien sûr, les erreurs si elles sont analysés permettent d’évoluer, mais le cerveau lui, avance grâce au succès.
En fait, le succès provoque une libération de dopamine, l’hormone de la récompense, qui renforce la réactivité des neurones, situés dans le cortex moteur et les ganglions de la base. 
Cerveau humain
Pour apprendre, le cerveau se dope au succès ! (Futura-sciences.com)

Mon avis


En fait, je trouve cela pertinent et très intéressant, car par exemple me concernant, ça fait bientôt 1 an que j’apprends à faire du piano, à apprendre à jouer des morceaux seul, grâce à internet. Et je dois dire que plus j’ai de résultat, autrement dit, plus j’arrive bien à jouer une partie d’un morceau que j’aime en m’entrainant, plus je m’entraine, plus je prend de plaisir, plus jai envie d’apprendre. C’est un véritable cercle vertueux 🙂
En revanche, je voulais au départ faire de la guitare, mais j’ai assez vite abandonné, car il fallait beaucoup trop d’entrainement pour trop peu de résultat: je considère que jouer de la guitare est plus technique, il faut en effet pincer les bonnes cordes, placer ses doigts correctement, et enchainer tout ça assez rapidement pour parvenir à faire quelque chose de correcte. ça m’a parut beaucoup plus fastidieux. C’est pourquoi je me suis « rabattu » sur le piano 🙂 Et je ne pensais d’ailleurs pas aimer autant faire du piano 😉
Et toi, qu’est-ce-que cela t’inspire ? 🙂
Publicités

9 commentaires sur “On n’apprend PAS de ses erreurs ?!

  1. Salut Kévin 🙂

    Ton article nous apprend beaucoup de choses, en plus agrémenté de preuves scientifiques ! J’ai toujours été très sceptique quant à cette façon d’avancer « apprendre par ses erreurs ». Mais mon avis est scindé en deux parties face à ce que tu viens de partager.

    En effet, je pense que la réussite nous permet d’avancer de part la création de motivation(s) et la génération d’ambition(s) ; lorsqu’on réussit quelque chose, on s’en contente rarement et tente toujours d’aller plus loin, de viser plus haut.
    Néanmoins, on peut tout de même apprendre beaucoup de ses erreurs, il « suffit » de les analyser, de repérer ce qui cloche et de le corriger.

    Pour condenser l’idée, je dirai que l’on peut progresser activement (en temps réel) grâce à la réussite, et passivement (à tête reposée) grâce aux erreurs.

    Merci encore de ce partage.
    Amicalement,
    Alexis 😀

  2. Salut, salut, Alexis 😉

    Merci d’apporter ta vision sur cet article. Et je pense qu’elle complète tout à fait ce que j’ai dis.
    Oui, le cerveau apprend mieux du succès, mais analyser ses erreurs n’est pas inutiles pour aussi évoluer 🙂

    Si non, dire que l’on peut « progresser passivement » me gêne un peu… Pour progresser, il ne faut pas être passif ! Lol Mais je comprend ton idée 🙂

    A bientôt, l’ami 🙂

    • Ouai ce genre d’idée est un peu compliqué à faire passer x-)

      Je tendrais à moduler autrement ma pensée en disant que que la réussite nous permet de progresser directement et rapidement. Et qu’essayer d’apprendre de nos erreur peut se présenter comme une béquille, un anti-casse-gueule (^^) voir plus justement : de l’expérience.

      Après, tout peut dépendre du *facteur-circonstanciel* !

      À bientôt 😉

  3. Pingback: Eileen Caddy a raison de penser – Les Vietations | Le CenterMind d'Alexis Bohn

  4. Pingback: On n’apprend PAS de ses erreurs ?! | Contre l'Éducation. Tout contre. | Scoop.it

  5. Salut Nivek,

    C’est rigolo de voir à qu’un vieux mythe, une vieille croyance soit infirmé(e) par une étude scientifique.

    Mais je continue tout de même à penser qu’on peut apprendre de nos erreurs, surtout si elles font « mal » 😉

    Quand on vit une expérience qui nous fait souffrir, j’ai tendance à penser qu’on fait tout pour ne que qu’elle se reproduise par la suite. Un peu comme les chiens qui « apprennent » à coup de coup pied aux fesses 😉

    Romain

    • Ah ah ! 😉 Salut Romain !

      M’ouais, mais je pense quand même que dans le domaine de l’aprentissage, des résultats positifs ont une influence plus importante sur notre personne, que des résultats négatifs.

      Par exemple, quand j’ai faux, je m’énerve, j’ai tendance à vouloir abandonner, des idées négatives m’empêchent d’être efficace.
      Alors que si j’ai juste, si je réussi, un véritable cercle vertueux se met en place (je suis motivé, j’ai envie de continuer, j’ai soif d’apprendre, je prends un certain plaisir…) et ainsi, je progresse mieux.

      Après, c’est certain que les erreurs permettent de progresser, encore faut-il qu’elles soient analysées.
      Faire des erreurs ne suffit pas, il faut apprendre de ses erreurs. Et même si l’erreur fait souffir, il faut faire l’effort de trouver l’origine de l’erreur pour espérer évoluer. Si elle fait souffir, on cherchera à l’éviter, mais c’est pas pour autant qu’on arrivera à ne plus la faire (j’ai pas d’exemples qui me viennent….)

      D’ailleurs, je crois que les chiens n’apprennent pas à coup de pieds aux fesses, mais plutôt grâce à des récompenses (l’équivalant de la dopamine, nous concernant). Ce qui confirmerait cette expérience Lol

      Merci pour ton avis sur la question, Romain 😉

      Nivek

  6. Je lisais une étude qui complète ton article.

    Le succès renforce le sentiment de compétence, qui à son tour entraîne une soif de maîtriser plus, etc.
    C’est un cercle vertueux.

    En d’autres termes, Plus tu te sens « compétent » dans une matière, plus tu le deviens réellement avec tes expériences (c’est là que tu apprendras vraiment de tes erreurs, si tu es déjà conscient que tu te sens compétent dans le domaine)

    L’inverse est également vrai, et très bien illustré par ton expérience de la guitare où les premiers pas t’ont fait sentir que tu n’étais peut être « pas fait pour cela »

    Encore bravo pour ton blog que je découvre aujourd’hui !
    Je serai un lecteur assidû

  7. Hey J-Y ! 😉

    Oui, c’est exactement ça. C’est un cercle vertueux. Je peux savoir quelle est l’étude que t’as lu, à ce sujet ?

    (J’ai laissé de côté la guitare, mais je compte bien apprendre un jour ! Car c’est aussi un instrument qui m’attire beaucoup. Mais bon, ce n’est pas une priorité, pour le moment.)

    Merci beaucoup pour tes encouragements, Jean-Yves ! 🙂
    J ‘ai également découvert ton blog aujourd’hui, et je crois que je vais être accro. Bravo pour tes défis ! D’ailleurs, tu m’as donné envie d’apprendre les capitales et pays du monde ! Etant très médiocre en géographie, ce serait un défi fort utile et stimulant… ! 🙂 Je sais pas vraiment quand trouver le temps de le faire, mais faut que j’y réfléchisse.

    A très bientôt !
    Nivek

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s